Mon bébé se présente par le siège


 

"Il est en siège semi décomplété, c'est à dire qu'un de ses pieds se trouve

sous ses fesses et l'autre à côté de sa tête."

 

C'est lors de la troisième échographie que nous avons découvert la position de notre bébé. Nous étions reparti de la T2 avec un petit garçon tête en bas et cette fois-ci SU-R-PRI-SE, il est bien tête en haut. Il est en siège semi décomplété, c'est à dire qu'un de ses pieds se trouve sous ses fesses et l'autre à côté de sa tête : confortable non ? En tout cas pour envisager un accouchement serein c'est pas le top.

A ce moment là, je ne suis pas renseignée sur le sujet donc un peu inquiète. Il y a encore une chance qu'il se retourne mais elle est assez mince à ce stade.


La première étape est de passer une radiopelvimétrie. C'est une radio du bassin qui permet de le mesurer et de s'assurer qu'il est suffisamment large pour permettre le passage du bébé. Première étape : OK. Mis à part le fait que je ne réussi pas à me relever de la table tel un phoque échoué (toi aussi t'as connu ce moment de solitude ?) tout est au vert à ce niveau, bébé aura la place.

Le cliché de cette radio est assez perturbant, j'ai eu beaucoup de mal à la regarder car on y voit en plus des os du bassin, tout le petit squelette du bébé. C'est très étrange pour ne pas dire carrément flippant !

Nous avons ensuite rendez-vous avec le gynécologue obstétricien afin qu'il nous explique le déroulement et les différentes éventualités.

Mon bébé est en siège semi décomplété et ça c'est pas génial. Un petit pied qui appuie sur le col n'a pas le même effet qu'un crâne. J'écoute tout ce qu'il me dit attentivement, comment se déroulerait un accouchement par voies basses, qui serait présent... Puis la deuxième éventualité arrive : la césarienne. Je n'ai jamais envisagé cette possibilité, comme si le fait de ne pas y penser rend cette option inexistante. Pour moi à ce moment là c'est très compliqué mais je continue à écouter avec mon nœud dans la gorge.

Il nous explique que la décision se prend au dernier moment et dépend également de la flexion de la tête du bébé le jour J.


Le médecin ne me propose pas la version. C'est une manœuvre qui consiste à retourner le bébé en le manipulant à travers le ventre de la maman. J'ai eu le temps de lire à ce sujet et j'étais préparée à la refuser. Mon bébé est en siège et il a probablement ses raisons.


A la fin de ce rendez-vous je m'effondre, le temps de digérer toutes les informations. Et puis il faut relativiser, tout le monde va bien et c'est vraiment ça l'essentiel.

A ce stade, la césarienne n'est qu'une possibilité, le médecin envisage la voie basse et je me prépare en ce sens.


La date du terme est le 27 mai. Je sais que quand le travail va commencer je ne dois pas attendre trop longtemps. Si le bébé n'est pas bien positionné il ne faut pas qu'il soit trop engagé dans le bassin pour la césarienne. Donc il ne faut pas partir trop tôt, mais pas trop tard non plus = on ne sait pas quand partir !

Le 25 au soir ça commence à tirer plus que d'habitude. A moins de deux jours du terme on n'attend que ça ! Nous nous couchons quand même et j'attends (et il dort ! ) comme on nous l'a appris lors des cours de préparation, que les contractions soient régulières et rapprochées pendant au moins deux heures (oui je suis bonne élève :) ).


Les contractions sont régulières mais je me sens tellement bien entre deux que je me dis que j'ai encore du temps. Puis à deux heures du matin j'ai moins de répit, on se décide et nous voilà partis pour la maternité.

Une fois dans la voiture je n'ai plus aucune contraction ! On n''hésite presque à faire demi tour. Une pause appréciable qui durera le temps du trajet : 10 minutes ! A deux heures du matin ça roule bien !


Arrivés là bas, ils vérifient que le travail est en route (je suis à 4, youhou !) et je passe une échographie pour vérifier la position de notre bébé.


Deux bonnes nouvelles: sa tête est bien positionnée pour l'accouchement par voie basse et... il a bougé une jambe ! (Danse de la joie, autant que faire se peut !). Dit comme ça ça n'a l'air de rien mais en fait ça change beaucoup de chose. Il est maintenant en siège décomplété, c'est à dire que ses deux pieds sont au niveau de sa tête. Cette position est plus favorable pour un accouchement par voie basse.

Tout est OK et c'est trop cool, c'est parti !


C'est à ce moment là que j'ai la péridurale (ô joie !) qui est très fortement conseillée pour ne pas dire obligatoire pour un accouchement avec un bébé qui se présente par le siège.


La position du bébé n'a pas ralenti la progression du travail sur le col. Quand le moment est venu de mettre au monde mon bébé, la salle se remplie. Dans mon souvenir, il y a la sage femme et l'auxiliaire de puériculture, le gynécologue obstétricien – qui a procédé à la partie technique de l'accouchement -, la pédiatre et d'autres personnes dont j'ignore tout. Je me souviens seulement m'être dit que pour l'intimité on repassera, un vrai spectacle à "ciel" ouvert !


Puis la magie opère... notre fils arrive (plié en deux) et le temps s'arrête ! Ce moment est tellement fou, une vague d'un amour inconnu nous submerge !

J'ai eu beaucoup de chance de vivre un tel accouchement. Le gynécologue n'a jamais envisagé de césarienne de "confort" comme j'ai pu le lire dans d'autres témoignages. Jusqu'au bout tout a été fait pour que je puisse avoir l'accouchement que je désirai et c'est ce que nous avons eu !

Un beau bébé de 3,450kg en parfaite santé et un souvenir au dessus de tout.

Un souvenir tout frais puisque c'était hier, bien que mon bébé soufflera bientôt sa 9ème bougie !

Dans ce tableau idyllique, il faut quand même ajouter un certain nombre de points de suture (apparemment seul le bassin était assez large!) et une fêlure du coccyx ! MA-GI-QUE ! :D Trop parfait c'est moins drôle.

Et vous, votre bébé vous a t'il réservé des surprises ?


43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout